6 astuces pour créer des accroches mystérieuses et irrésistibles

6 astuces pour créer des accroches mystérieuses et irrésistibles bannière

Si vous travaillez dans l’univers du marketing, vous le savez sans doute déjà.

Le mystère fait vendre.

Ou il attise la curiosité en tout cas.

Surtout dans les accroches.

Mais ce n’est pas moi qui le dis, c’est la psychologie humaine.

Le cerveau humain déteste le vide, c’est bien connu.

Il est donc logique qu’il ne supporte pas non plus les questions restées en suspens, sans réponse.

Et ce, même si la question de base n’est pas forcément ciblée vers vous.

Même si le thème global ne vous intéresse pas a priori.

Mais alors : 

Pourquoi un titre d’article, une accroche de pub Facebook ou un objet d’email qui attise la curiosité est-il aussi efficace ?

C’est très simple :

Parce que la curiosité joue sur un biais cognitif – une particularité du cerveau humain – qu’on appelle “curiosity gap”.

Terme que l’on traduit sommairement en français par “écart de curiosité”. 

Tout ça, ce n’est pas de moi bien entendu. 

C’est George Loewenstein, professeur à Carnegie Mellon University, qui a employé le premier cette formule de “curiosity gap”. 

Pour décrire le vide entre ce que nous savons et ce que nous désirons savoir. 

Parce que :

Lorsque nous – les humains – constatons un vide dans notre connaissance, cela produit un sentiment de manque

Nous nous mettons donc à chercher l’information manquante pour cesser de ressentir ce sentiment désagréable de privation…

Batman se questionne se gratte le menton dessin animé

Et cette curiosité impossible à ne pas satisfaire est bien connue des copywriters.

Les pros du copywriting jouent beaucoup sur cet aspect de la psychologie de leurs lecteur.rice.s dans leurs accroches.

Et ça marche !

Bon, rien de nouveau, me direz-vous.

Mais comment jouer sur ce levier ?

Concrètement, on fait comment ?

J’y viens…

Dans cet article, je vais vous livrer quelques astuces qui vous permettent chers confrères et consœurs de créer des accroches mystérieuses et irrésistibles pour enfin piquer la curiosité de vos prospects.

Astuce n°1 : posez des questions mystérieuses dans vos accroches

“Avez-vous le courage de lever le voile sur le mystère ?”

médium diseuse de bonne aventure boule de cristal voir l'avenir

Cette accroche vous intrigue, non ?

  • “Quel mystère ?”
  • “Si j’ai du courage, ah ça oui c’est sûr !”
  • “De quoi on parle là ?”

Si vous êtes face à un titre de mail comme “Avez-vous le courage de lever le voile sur le mystère ?”, vous avez envie de cliquer, n’est-ce pas ?

Rien que pour comprendre où l’auteur du texte veut vous emmener.

Et pour avoir la réponse à cette fichue question qui vous turlupine.

Déjà, cette accroche commence par “avez-vous le courage de…”.

Alors, à moins d’avoir un fort esprit de contradiction, ou d’être quelqu’un de très peureux et qui le revendique…

Vous allez répondre : “Oui j’ai le courage de…”.

Encore une fois, c’est ce vers quoi l’auteur de la question veut vous emmener.

L’accroche s’appuie ici sur votre ego.

Psychologie encore et encore…

Et c’est pareil que si je vous dis : “Vous n’êtes pas capable de faire cela”.

À moins que je parle de l’ascension de l’Everest en tongs, il y a de grandes chances pour que vous me rétorquiez :

“Si, j’en suis capable !”

Ça ?

C’est l’esprit de contradiction.

On est tous et toutes comme ça.

Il suffit qu’on nous interdise quelque chose pour que cette chose devienne ce dont on a le plus envie au monde !

Vous devez encore plus savoir de quoi je parle si vous avez des enfants…

Et si on s’attarde maintenant sur la deuxième partie de l’accroche : “… de lever le voile sur le mystère ?”

Vous vous demandez de quoi il s’agit.

“Quel mystère ?”

Ça ferait presque penser à un film au suspense insoutenable !

Alors évidemment, vous vous doutez bien que si vous lisez cette accroche dans un mail envoyé par RED de REDAC, on ne va pas vous parler de sciences occultes (quoique…).

Mais vous êtes tout de même curieux.

Et c’est cette curiosité qu’il faut aller titiller chez vos prospects.

Surtout dans vos accroches.

Parce que la curiosité est sans doute le moteur qui fait le plus bouger les gens. Qui les pousse à agir. Encore plus que l’envie.

Vous voyez ?

Posez des questions un peu vagues, mais toujours en lien avec le contenu.

Parce que l’intrigue, c’est bien, mais si votre titre a absolument zéro rapport avec votre mail, vos lecteur.rice.s vont se dire que vous êtes un.e drôle d’énergumène un peu barjo, et ils n’auront pas confiance en vous.

Et c’est la déception (le fameux soufflé qui retombe).

Astuce n°2 : utilisez le mot irrésistible “POURQUOI” dans vos accroches

Ah le “POURQUOI”
C’est un mot presque magique.

Comment ça ?

Déjà, c’est un des mots qu’on prononce le plus dans la langue française.

Et ça, depuis l’enfance.

Vous imaginez bien la scène :

Un parent demande à son enfant de ranger sa chambre.

Et le petit répond : “POURQUOI ?”

Le parent répond : “Pour avoir une chambre propre et ne pas avoir des jouets qui traînent.”

Et le petit répond : “POURQUOI ?”

Et là, la boucle est enclenchée, les “POURQUOI” sont infinis !

Ryan Reynolds agacé saoulé annoyed rolling eyes exaspéré

Parce qu’on ne sait pas laisser un “POURQUOI” flotter comme ça dans le vide sans réponse.

Le “POURQUOI” appelle toujours une réponse.

Le fameux “PARCE QUE”.

Parfois la réponse est satisfaisante, parfois moins.

“Bon, c’est bien beau tout ça, mais comment utiliser cette astuce dans le copywriting ?”

Je vous réponds tout de suite.

Laissez-moi vous illustrer mon propos avec un exemple :

Admettons que vous rédigiez pour un.e client.e qui vend des compléments alimentaires.

Au lieu d’écrire un objet de mail qui ressemblerait à :

“Fer, zinc, vitamine C… tous les compléments alimentaires moins chers qu’en magasin !”

Écrivez plutôt :

“Pourquoi notre gélule est LA réponse à tous vos soucis alimentaires ?”

  • Ah tiens, c’est vrai ça, pourquoi ?
  • De quoi parle-t-on ?
  • Quelle est cette gélule ?

Le “POURQUOI” entraîne généralement d’autres questions qui auront du mal à rester sans réponse.

Et dans le même esprit que l’astuce n°1, l’utilisation du “POURQUOI” joue sur la curiosité de vos lecteur.rice.s, mais surtout sur leur envie de trouver un “PARCE QUE”.

Astuce n°3 : sachez placer le pronom démonstratif “CE”

“Pardon ?”

Oui, oui, vous avez bien lu.

Ce petit mot si souvent utilisé peut réellement créer le mystère dans vos accroches.

Par exemple : pour faire un mail sur cet article que je suis en train de rédiger et que vous êtes en train de lire, je pourrais créer un objet qui ressemblerait à :

“Ces 6 astuces de copywriters qui vont séduire tous vos prospects à coup sûr”

Le titre vous fait comprendre que je vais vous livrer quelques conseils, mais vous ne savez pas encore  lesquels.

En plus, je vous fais la promesse que mes astuces sauront séduire vos prospects.

Tentant non ?

Car c’est ce dont vous avez envie.

C’est votre objectif.

Alors, allez-vous cliquer ?

Probablement oui, car j’ai capté votre attention.

Et ce conseil se décline assez facilement, sur tous types de produits, de services, de formations.

Mais il est très puissant.

Facile à utiliser et percutant ?

Que demander de plus ?

Astuce n°4 : mettez vos prospects dans la confidence en employant le mot “secret”

Alors attention, il ne s’agit pas d’utiliser le mot “secret” à toutes les sauces !

Mais il peut parfois être tout à fait pertinent, en plus de créer un sentiment d’intimité avec vos prospects.

C’est vrai, qui n’aime pas les secrets ?

Depuis l’enfance, il est le ciment des amitiés.

“Il faut que je te raconte un secret.”

Cette petite phrase chuchotée dans un coin de cour d’école suscitait déjà beaucoup d’émotions.

Le sentiment d’être important.e. Unique. Spécial.e.

D’être une personne de confiance.

De rentrer dans le cercle privé de “ceux qui connaissent le secret”. Les initiés…

secret murmurer à l'oreille Gwyneth Paltrow James Corden

Je vous rassure, à l’âge adulte, c’est pareil !

Tout le monde aime savoir qu’il a été choisi pour recueillir une parole secrète.

Qu’il s’agisse d’une petite confidence sans importance.

Ou d’un truc énorme qui ne doit absolument pas être divulgué.

Vos prospects (ou ceux de vos client.e.s) sont comme vous.

Ils veulent aussi se sentir spéciaux.

Avoir l’impression d’être les destinataires d’une confession inédite.

En plus de ça, le mot “secret” a ce pouvoir de capter tout de suite l’attention.

Parce qu’un secret, par définition, c’est quelque chose de caché.

Qu’on ne doit pas dire.

Qu’on n’est pas censé savoir.

Oui, mais voilà, aujourd’hui : tout le monde veut tout savoir sur tout !

Donnez cette satisfaction à vos lecteur.rice.s rien qu’avec ce petit mot.

Utilisé intelligemment et à bon escient, il saura faire mouche.

Astuce n°5 : mettre en comparaison “les bons” et “les mauvais”

Vous préférez être dans quel camp vous ?

Les bons ou les mauvais ?

Ça dépend de quoi on parle, me direz-vous.

Mais globalement, on veut tous faire partie des bons.

Alors, qu’est-ce que j’entends par ce titre un peu vague.

Les bons et les mauvais quoi ?

À vous de me le dire !

Tout dépend de votre sujet, de votre client.e du moment.

Si vous rédigez pour un.e client. qui vend des produits de jardinage par exemple.

Vous pouvez tout à fait parler des bonnes et des mauvaises pratiques du jardinage.

Par exemple : arroser en plein milieu d’après-midi son jardin en pleine canicule, c’est une mauvaise pratique.

Alors que récupérer l’eau de pluie pour arroser son jardin, c’est une bonne pratique.

Si vous rédigez sur le sujet, vous savez globalement quels sont les DO (à faire) et les DON’T (à ne pas faire).

Servez-vous en pour créer des accroches !

“Jardinage : les bonnes pratiques à mettre en place, et celles à bannir de toute urgence”

Voilà un exemple d’objet de mail qui pourrait être pertinent.

ou :

“Jardinage : commettez-vous ces 3 erreurs qui mettent en péril votre pelouse ?”

À la lecture, vos prospects auront envie de savoir si leurs propres pratiques font partie des bonnes ou des mauvaises.

On joue ici sur la psychologie humaine, encore une fois.

Tout le monde a envie d’être validé par le groupe (notre fameux instinct grégaire).

Qu’on lui dise que ce qu’il ou elle fait, c’est bien.

Vos prospects ne sont pas différents.

Et nous, les copywriters, nous savons comment utiliser ces leviers pour créer une incitation 😉

Astuce n°6 : ayez l’âme d’un conteur

Je sais, vous vous demandez sûrement :

“Quel rapport entre un conteur et un copywriter ?”

Quel rapport ?

Vous savez certainement que le storytelling est de plus en plus prisé par les marques pour vendre.

On en voit tellement souvent que c’est devenu une habitude.

Combien de publicités nous racontent une histoire au lieu de nous présenter les fonctionnalités d’un produit ou les bienfaits d’un service ?

Bob l'Éponge dessin animé content création arc-en-ciel magique

En tant que copywriter, il est important que vous sachiez raconter des histoires.

Qu’elles soient issues de votre vie personnelle, ou de l’histoire de votre client.e.

Le storytelling a donc aussi sa place dans vos accroches.

Alors bien sûr, le but n’est pas de pondre un roman dans vos objets de mail.

Mais une petite phrase bien sentie peut tout à fait faire son effet…

Imaginez un peu :

Vous recevez un e-mail dont l’objet à l’air d’avoir été rédigé directement par le PDG de la marque.

Cet objet contient un “JE” et a l’air d’être le début d’une anecdote.

Exemple : “J’ai toujours eu ce rêve, mais jusqu’à aujourd’hui il me paraissait inatteignable. Jusqu’à ce que…”

Ici, la personne qui rédige fait appel à votre empathie.

Et elle espère que vous vous reconnaîtrez aussi, au moins un peu, dans cette phrase.

N’avez-vous pas envie de savoir quel est ce rêve ?

Et pourquoi l’auteur précise que jusqu’à aujourd’hui, ça lui paraissait impossible ?

Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Quel a été son déclic ?

On a tous un faible pour les bonnes histoires.

Et c’est ce que je vous propose d’utiliser avec cette simple astuce.

Toute anecdote est bonne à prendre, pourvu qu’elle réussisse à tisser un lien avec ce que vous cherchez à vendre.

Vous l’aurez bien compris, savoir titiller la curiosité de vos prospects, c’est une compétence en or !

Tous les copywriters vous le diront : la curiosité est un moteur puissant.

Qui nous pousse parfois à faire des choses qu’on n’aurait pas forcément faites. 

Si vous voulez avoir plus d’impact, avoir un taux d’ouverture de mail bien meilleur : 

Mettez en pratique ces quelques conseils…

Et écrivez-nous si cela porte ses fruits 😉 

Découvrez RED de REDAC, l’organisme de formation (lien vers la page de vente COPY-LOT) qui aide les passionné.e.s d’écriture à vivre de leur super pouvoir.

Vous avez aimé cet article sur nos 6 astuces pour créer le mystère dans vos accroches ? Commentez-le.

Et même : partagez-le sur les réseaux sociaux pour le diffuser plus largement et en faire profiter d’autres personnes !

À très vite pour d’autres contenus sur le copywriting !

Coraline

RED de REDAC



You may also like

Comment utiliser le copywriting pour un site e-commerce qui vend (vraiment) ? 3 clés pour cartonner

Comment utiliser le copywriting pour un site e-commerce qui vend (vraiment) ? 3 clés pour cartonner
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}