fbpx

AIDA, l’alliée rêvée des meilleurs textes de persuasion ?

Si vous êtes arrivés sur cette page, c’est parce que la mention d’Aida a probablement éveillé votre curiosité. Et que l’idée d’un.e allié.e pour vous aider dans la rédaction de vos textes de persuasion vous intrigue.

Aida ? C’est qui ?

Ou devrais-je dire : AIDA, c’est quoi ?

Eh oui, désolée de vous décevoir, mais Aida n’est pas une gentille dame qui va résoudre tous vos problèmes.

Aida n’est pas la cousine d’Aïcha, chantée par Khaled dans les années 1990…

Aida c’est peut-être le prénom de votre voisine…

Mais je ne vais pas vous parler de votre voisine aujourd’hui.

Et Aida, ce n’est pas non plus l’opéra de Verdi (enfin si, mais là n’est pas le sujet)…

AIDA c’est une méthode très utilisée par toutes les personnes travaillant dans la rédaction de textes de ventes.

Newsletter, page de ventes, landing page, post sur les réseaux sociaux

Cette technique a fait ses preuves depuis sa création au début du 20ème siècle.

Et son utilisation a complètement explosé ces derniers mois, notamment sur Linkedin.
Même chez des personnes qui sont a priori très éloignées du milieu de la rédaction

Je vous entends déjà : 

Mais quelle est cette méthode ?

Pour celles et ceux travaillant déjà dans l’univers de la rédaction, vous en avez très certainement déjà entendu parler.

Pour les autres, si le copywriting est un domaine qui vous intéresse : AIDA, c’est la base du marketing.

Commençons par le commencement…

AIDA est un acronyme :

  • A pour ATTENTION
  • I pour INTÉRÊT
  • D pour DÉSIR
  • A pour ACTION

Ok, et donc ?

Je m’explique.

Ces 4 termes désignent les 4 phases par lesquelles votre prospect doit passer avant d’effectuer un achat. 

C’est à la fin du processus qu’il va prendre sa décision :

oui, je décide d’acheter ce produit

oui, je choisis de répondre à cette newsletter

oui, je fais le choix de commenter ce post Facebook

oui, j’accepte de laisser mes coordonnées afin d’obtenir ce guide pratique

etc.

Parce que bien sûr, ce que vous recherchez, c’est le “OUI” ferme et éclairé de votre prospect.

Britney Spears yes oui heureuse enthousiaste

Mais avant de vous donner ce “OUI” enthousiaste et affirmé, votre lecteur.ice aura besoin de votre aide, de votre accompagnement sur le chemin de la décision.

C’est là qu’Aida entre en scène.

Dans cet article, je vous décortique les 4 fameuses étapes de cette méthode afin que vous rédigiez des textes en béton qui ne laisseront plus personne indifférent !

AIDA commence par un A comme ATTENTION

L’attention, c’est la première étape.

C’est aussi la plus compliquée, je ne vais pas vous le cacher.

Capter l’attention d’un chaland, c’est une tâche difficile, surtout sur le web…

Quand une personne se rend sur internet, c’est soit pour trouver des réponses à ses questions, soit pour se distraire, soit pour effectuer des démarches diverses.

Votre mission (si vous l’acceptez) est d’accrocher le regard de votre prospect parmi l’océan d’informations et de sollicitations visuelles dans lequel il est noyé.

Pour cela, il existe plusieurs techniques :

  • utiliser des couleurs flashy, si vous le pouvez et si c’est adapté au produit
  • concevoir un titre intrigant qui donnera envie de savoir ce qui se cache derrière
  • appeler votre prospect par son prénom (dans les newsletters notamment)

Rappelez-vous : vous n’avez que quelques secondes pour convaincre votre lecteur.ice de consommer votre contenu.

La première impression est décisive !

Comparez cela à un premier rendez-vous ou à un entretien d’embauche : votre look c’est ce qu’on voit en premier.

Si vous vous présentez sous votre meilleur jour, vous faites une belle impression. On se souviendra de votre allure.

Si au contraire vous rencontrez votre date ou votre futur.e boss en pyjama pilou-pilou et cheveux ébouriffés… La personne va s’en souvenir ça c’est sûr ! Mais elle ne vous rappellera sûrement jamais…

Le marketing c’est pareil !

Si vous ne savez pas attirer l’œil de votre prospect de façon positive, ce sera “next” pour vous.

Et ce, même si votre produit est le meilleur du monde !

Certes, tout ceci peut paraître futile, voire un peu superficiel…

Mais réfléchissez 2 minutes aux habitudes que nous avons tous…

Je vous propose un petit test.

Disons que vous souhaitez aller au restaurant.

Je vous donne le choix entre 2 cartes, qui présentent plus ou moins les mêmes plats (disons que c’est un restaurant italien). Et les prix proposés sont sensiblement les mêmes.

spaghettis italien restaurant manger la belle et le clochard dessin animé

La première carte est graphiquement impeccable. Elle est lisible. La police est élégante. Les pages sont aérées. Les couleurs donnent un ton chic à l’ensemble. Bref, le sans faute.

Passons à la deuxième carte : globalement on y retrouve les mêmes produits (penne all’arrabbiata et tutti quanti).

Mais en revanche, niveau forme, c’est une autre ambiance : fautes d’orthographes, design daté, couleurs criardes… Bref, rien ne va !

Ma question est la suivante : par quel restaurant serez-vous le plus tenté.e ?

Si vous me répondez que c’est le premier restaurant qui aura vos faveurs, j’ai envie de vous dire que c’est plutôt normal.

C’est un réflexe parfaitement humain : ce qui est beau, propre et ordonné appelle la confiance.

Et créer un climat de confiance c’est ultra important si vous voulez vendre quelque chose…

Si vous me répondez que vous souhaitez tester le second restaurant, je ne peux plus rien pour vous, vous devez aimer l’aventure !

Voilà un exemple assez parlant de l’importance du A de “attention” dans la méthode AIDA.

Capter l’attention c’est savoir séduire, intriguer, interpeller… Avec des mots, avec une image, avec une question…

À vous de trouver la forme la plus adaptée à votre produit / service / formation (ou celui de votre client.e si vous proposez vos services de copywriter) pour rédiger les meilleurs textes de persuasion possibles.

Le I pour l’INTÉRÊT que doit susciter votre message

Bon, votre lecteur.rice est alpagué.e, ça y est.

Mais ça ne suffit pas !

Maintenant, il vous faut conserver cette attention en suscitant son intérêt.

Ok, mais comment ?

Là où l’attention se capte grâce à la forme (principalement), l’intérêt s’acquiert grâce au fond.

Je m’explique.

C’est lors de cette étape que vous allez montrer à votre prospect que vous le connaissez bien. Très bien même. Si bien qu’il en sera peut-être surpris !

Faites résonner en lui des besoins. Prouvez-lui que c’est à lui que vous parler et pas à son voisin. Développez les solutions que vous lui apportez en réponse à ses problèmes.

Vous voulez un exemple ? Pas de souci !

Admettons que j’ai été intriguée par un objet de mail qui m’a donné envie d’ouvrir ce fameux mail. La personne chargée de la rédaction a attiré mon attention.

Bravo, 1 point pour vous !

Objet du mail en question “ Coraline, mettez des paillettes dans vos soirées d’été”.

Je suis piquée, et j’ai envie de savoir de quoi on va me parler.

J’ouvre le mail, et que vois-je ? Une superbe image d’un barbecue sur lequel sont en train de cuire de belles pièces de bœuf, et autres merguez…

Super !

Mais il y a un hic : je suis végétarienne.

sad triste sous la pluie déçu disappointed

La personne a donc perdu tout mon intérêt. Je ferme le mail. Je le supprime. Merci. Au revoir.

C’est typiquement le genre de mails que beaucoup d’entre nous reçoivent chaque jour, et qui finissent inlassablement perdus dans nos corbeilles virtuelles.

Mais pourquoi ?

Quelle est cette malédiction me demanderez-vous ?

Point de magie là-dedans.

Juste une personne qui n’a pas bien ciblé son prospect.

La promesse était pourtant belle : on me promet d’embellir mes soirées d’été, je suis conquise.

Mais à l’ouverture du mail, toute mon excitation est retombée, comme un soufflé au fromage raté…

D’où l’intérêt de construire en amont un avatar client en béton.

Savoir à qui on s’adresse, c’est s’assurer de toucher au cœur son prospect.

L’identification est un processus très puissant qui déclenche non seulement l’approbation mais un sentiment de se sentir écouté, vu et reconnu.

Et c’est ça que vous devez rechercher dans la rédaction de vos textes de persuasion si vous voulez devenir un super copywriter ! Ou si vous vendez un produit ou un service, d’obtenir plus de ventes.

La méthode AIDA avec un D comme DÉSIR

Ça y est, votre lecteur.ice est intéréssé.e. Il ou elle se sent concerné.e par ce que vous lui racontez.

Mais comment le/la convaincre ?

Quels leviers actionner pour créer l’envie ?

Jusqu’ici, vous avez prouvé à votre prospect que vous saviez manier les mots et que vous aviez à lui proposer quelque chose qui lui correspond.

C’est très bien.

Bravo !

Mais pourquoi sortirait-il sa carte bleue pour votre produit / service / formation (ou celui de votre client.e) ?

Parce que vous lui proposez une réelle solution à un ou plusieurs de ses problèmes récurrents.

Parce que votre solution est rare sur le marché.

Parce que ce que vous vendez offre de véritables bénéfices : en termes d’argent, en termes de temps, en termes de bien-être…

L’idée : susciter l’émotion.

happy little girl petite fille heureuse

Alors d’accord, cela n’est pas toujours facile. Mais si vous croyez en ce que vous vendez, vous saurez toujours faire en sorte d’activer un point sensible chez votre lecteur. Quel que soit le produit.

Parce que l’enthousiasme, c’est communicatif !

Vous vendez des équipements sportifs ? Misez sur l’aventure, les expériences inoubliables que votre prospect va pouvoir vivre grâce à vos produits, la sécurité qu’ils vont lui apporter…

Vous vendez un service de coiffure à domicile ? Mettez en avant la tranquillité d’esprit que vous offrez à votre prospect, le gain de temps (et de carburant !) qu’offre cette prestation effectuée directement chez le client.

Vous vendez une formation en informatique en ligne ? Insistez sur l’accompagnement personnalisé, le renouveau professionnel que cela va insuffler dans la vie de vos prospects, les avantages à obtenir des compétences de plus en plus demandées…

L’objectif final de tout achat est simple : se sentir mieux, se sentir heureux, percevoir un avant et un après.

C’est la promesse d’un état d’esprit (ou physique) amélioré qui incitera votre lecteur.ice à passer de “Pourquoi pas…” à “C’est tout à fait ce qu’il me faut !”.

Le dernier A pour inciter à passer à l’ACTION dans vos textes de persuasion

AIDA se termine par un appel à l’action (ou call to action, en anglais).

Parce que c’est bien beau de déployer toutes les techniques et astuces des copywriters les plus talentueux.

Mais si le prospect s’en va avant d’avoir effectué son achat, ou son inscription à une newsletter, ou tout autre action que vous attendez de lui : c’est cuit.

Vous n’avez tout de même pas rédigé tout ce texte si qualitatif pour rien ?

L’idéal serait de terminer par une petite attention pour votre lecteur.ice : un essai gratuit, un échantillon gratuit, un guide pratique à télécharger, une remise sur le prix total du produit…

Le but est de prouver votre bonne volonté. Vous croyez en votre solution, votre prospect doit y croire aussi.

Quelle que soit l’action que vous attendez de sa part, guidez votre lecteur.ice jusqu’au bout.

Les novices du web ont trop souvent tendance à penser que la suite de ce texte de persuasion est logique et que le prospect saura le comprendre et effectuer l’action qu’on attend de lui.

Mais il est important de ne pas le lâcher en si bon chemin.

Montrez-lui vers quoi vous voulez qu’il se dirige :

  • grâce à un bouton d’appel à l’action
  • grâce à un lien hypertexte
  • grâce à une petite phrase d’accroche
  • grâce à un agenda pour prendre un rendez-vous

Sachez que même à cette étape de la méthode AIDA, votre prospect ne fera probablement pas d’efforts de recherche si vous ne lui livrez pas toutes les informations.

Il serait dommageable d’avoir réussi à convaincre de l’utilité de votre produit, pour au final finir votre message à la va-vite.

Car l’ACTION (le denier A de AIDA), c’est la conversion. C’est ce qui transforme le prospect en client. C’est ce qui vous garantit des résultats chiffrés. 

C’était votre objectif premier.

Et c’est pour cela qu’il vous faut être ferme, quitte à utiliser l’impératif dans vos phrases.

“Cliquez sur ce lien”

“Réservez votre place”

“Prenez rendez-vous”

“Procédez au règlement”

Le message est clair et précis, le prospect sait ce que vous attendez de lui et il comprend que c’est la dernière étape avant la finalisation.

Achat validé dans 3… 2… 1….

mouton sheep thumbs up pouces en l'air content happy satisfait

Vous voulez en savoir plus ?
Vous souhaitez mettre en pratique cette méthode dans vos divers textes de vente ? Et en apprendre plus sur l’utilisation des techniques de persuasion dans le web marketing ?

Vous désirez connaître et maîtriser les autres structures rédactionnelles qui existent (telles que PAS, PSOA, SPRI…) et qui sont moins connues ?

Dans ce cas, découvrez RED de REDAC, l’organisme de formation qui aide les accros du clavier à vivre de leur passion : l’écriture.

Vous avez aimé cet article ? Dites-le moi en commentaire.

Et même : si vous pensez qu’il peut être utile à d’autres, partagez-le sur les réseaux sociaux pour le diffuser plus largement !

À très vite pour d’autres contenus sur le copywriting !

Coraline

RED de REDAC



You may also like

Comment rédiger un texte persuasif grâce à l’empathie et à l’altruisme ?

Comment rédiger un texte persuasif grâce à l’empathie et à l’altruisme ?
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}