fbpx

9 astuces pour surmonter le syndrome de la page blanche

Le fameux syndrome de la page blanche

Comment surmonter la panne d’inspiration ?

Si vous êtes dans la rédaction, vous connaissez forcément cette situation.

Et peut-être même que cela ne date pas d’aujourd’hui.

Combien de fois cela vous est-il arrivé à l’école ?

Mardi matin 8h, cours d’histoire géographie, contrôle sur les enjeux de la seconde guerre mondiale. Vous connaissez bien votre cours, vous avez les dates en tête, la liste des pays alliés est gravée dans votre  cerveau… Et pourtant pas moyen de commencer à rédiger…

Vous vous reconnaissez ? Moi, oui, beaucoup.

syndrome page blanche peur anxiété Bob l'éponge

Et ce sentiment de vide peut aussi se retrouver dans votre vie professionnelle, surtout si vous êtes copywriter.

Ou même dans l’univers de la rédaction (blogueur.se, pigiste…)

Vous êtes là, face à votre écran (ou votre carnet si vous aimez le glissement du crayon sur le papier). Vous êtes dans les meilleures conditions pour rédiger : calme ambiant, assise confortable, téléphone portable en “mode avion”…

Mais voilà : qu’allez-vous écrire ?

Vous avez le choix entre des dizaines de thèmes, de multiples approches différentes : que choisir ?

Qu’est-ce qui plaira à vos lecteur.rice.s ? Qu’est-ce qui va attirer l’attention de vos prospects ? Comment fidéliser votre audience (ou celle de vos client.e.s) ?

Laissez-moi vous donner quelques petites astuces qui vous permettront de rédiger en toute sérénité et de surmonter le syndrome de la page blanche

#1 Lancez-vous sans barrière !

Vous l’avez appris à l’école : une rédaction doit comporter un titre, un sous-titre, des paragraphes organisés…

Oui mais voilà : il est très rare de réussir à rédiger un contenu de qualité en commençant par le début. C’est d’ailleurs bien souvent cette rigidité dans l’organisation qui conduit au syndrome de la page blanche

Si vous avez une idée, mais que vous ne savez pas encore vraiment comment la structurer : ce n’est pas grave ! 

Couchez sur papier (ou tapez sur votre clavier) tout ce qui vous vient à l’esprit. Ce sera votre brouillon.

Ce que vous écrivez n’est pas organisé ?

Peu importe !

L’objectif est de faire sortir les meilleures idées, les thèmes, les mot-clés, les tournures de phrase…

Grâce à cette technique, vous aurez déjà pas mal d’idées qui vont ressortir, vous verrez. 

C’est par la suite que vous pourrez mettre en forme tout ce que vous aurez écrit, et croyez-moi : 

Cela sera beaucoup plus simple avec une base sur laquelle vous reposer.

#2 Dès que vous avez une idée : stockez-la !

Alors oui, ce conseil paraît logique…

Merci Captain Obvious !

Mais il n’est pas toujours facile de la mettre en place de façon concrète au jour le jour.

Je vous donne un exemple : j’ai souvent d’excellentes discussions avec moi-même sous la douche. Et cela débouche bien souvent sur des idées intéressantes.

Que faire dans ces cas-là ? 

Je ne vais quand même pas prendre un carnet et un stylo sous ma douche ?

Non, je vous rassure.

En revanche, dès que je sors de la salle de bains, j’enregistre ma douce voix sur l’application dictaphone de mon téléphone portable. Et je lâche toutes mes idées : les tournures de phrases sympas que j’ai trouvé, etc.

Et voilà !

En m’astreignant à ce petit processus, j’ai engrangé beaucoup de vocaux qui me permettent d’avoir un large choix de thèmes

Et c’est là que je peux piocher en cas de panne d’inspiration 😉 

Bien entendu, si vous n’êtes pas un.e grand.e fan de votre propre voix, vous pouvez aussi noter vos idées dans un carnet ou dans votre téléphone portable.

Le but est d’avoir à disposition un tas de thèmes variés, regroupés au même endroit.

#3 Recyclez vos contenus à grande valeur ajoutée pour surmonter le syndrome de la page blanche

Attention, le mot “recyclage” n’est pas un gros mot dans l’univers du copywriting.

Recycler ≠ être fainéant.

Recycler = être malin 😉

recycle Mister Burns Simpsons

Réutiliser des thèmes déjà abordés peut aussi vous permettre de prendre contact avec de nouveaux.velles lecteur.rice.s. Cela peut également rafraîchir la mémoire de celles et ceux qui vous suivent régulièrement. Rassurez-vous, les gens n’apprennent pas vos contenus par cœur !

Permettez-moi de vous donner un exemple :

Vous avez rédigé une super newsletter, sur laquelle vous avez énormément travaillé.

Elle est donc qualitative.

Pourquoi alors se contenter de transmettre votre message uniquement via une newsletter ?

N’avez-vous pas un compte Facebook, voire une page dédiée à votre activité ou un groupe privé ?

N’êtes-vous pas inscrit sur LinkedIn ?

Si la réponse est “oui” à ces questions, déjà bravo. Être présent.e sur les réseaux sociaux, c’est s’assurer une visibilité sur le web.

Mais revenons à votre super newsletter dont vous êtes hyper satisfait.e (et vous avez raison !).

Avec un peu de remaniement, il sera très facile de la transformer en post sur Facebook ou sur LinkedIn

Avantages : un gain de temps, d’autres audiences touchées par votre message et une régularité dans votre communication.

Inconvénients : je les cherche encore…

#4 Inspirez-vous de l’actualité

Je vous entends déjà me dire : “mais quel rapport entre les Jeux Olympiques et mon coaching en sophrologie ?”.

(Ça marche aussi pour la Coupe du Monde, l’arrivée de l’été, les fêtes de fin d’année, la mort d’une rock star…)

Eh bien il en existe sûrement beaucoup, des rapports !

À vous de les trouver !

Votre activité, vous la connaissez sur le bout des doigts, forcément vous avez le nez dedans chaque jour. 

Vous savez quels sont les impératifs de votre métier.

Vous connaissez les points forts de ce que vous vendez (que ce soit vos services ou ceux de vos client.e.s).

Vous avez apprivoisé les trucs et astuces pour être plus performant.e.

Quant à l’actualité, nous baignons dedans !

L’avantage ? Vous pouvez aller piocher n’importe quelle news qui vous plaît 😉 

Bien sûr, personne ne vous demandera de rédiger un pavé sur la politique si le sujet vous fait bailler. Mais par contre, vous pouvez tout à fait vous inspirer d’un post sur Instagram partagé par une de vos personnalités préférées.

L’objectif : pouvoir lier l’actualité à votre produit / service / formation (ou encore une fois, à ceux de votre client.e).

Mettez en avant les qualités qui se retrouvent dans les deux thèmes, par exemple la persévérance ou l’empathie.

Faites rêver vos lecteur.rice.s en leur proposant un pont entre une news joyeuse et pleine d’espoir et votre solution. 

Bref, amusez-vous ! 

#5 Piochez dans vos anecdotes perso

Vous avez forcément déjà vécu cette situation : 

Celle dans laquelle une petite phrase lâchée par une personne lambda débouche sur un débat super animé.

Les mots ont un pouvoir très fort : celui de susciter l’intérêt et la curiosité.

Bien utilisés, les mots peuvent être autant une arme qu’un rempart.

Dans votre activité, vous cherchez à créer une connexion avec vos prospects et vos client.e.s – ou ceux de vos client.e.s si vous vendez vos services en copywriting – n’est-ce pas ?

Parce que sans lien, il n’y a pas de confiance et sans confiance, il n’y a pas de vente.

C’est le B.A. BA du commerce, mais ça, vous le savez déjà évidemment.

Alors pourquoi hésiter à parler de qui vous rapproche de votre audience ?

Trouvez des points communs, des situations cocasses que vous avez tous vécues, des moments inoubliables qui sont ancrés dans vos mémoires respectives…

Montrez à votre audience que vous êtes comme elle, que vous aussi vous avez vécu ces situations.

Et surtout : créer un lien avec le produit ou service que vous voulez vendre sera ensuite très facile.

Pourquoi ?

Parce que vous ne parlez que de ce que vous connaissez pardi !

En utilisant une anecdote personnelle, pas de mensonge, pas d’entourloupe. Le destinataire de votre message voit immédiatement que vous êtes un vrai être humain fait d’expériences et d’émotions.

Et c’est l’émotion qui fait bouger les gens.
Qui les fait passer à l’action. 

C’est prouvé : on agit tous selon nos émotions, et on rationalise ensuite avec la raison.

Tout ça est primordial pour créer chez elleux un sentiment de confiance, non seulement envers vous, mais envers ce que vous avez à leur proposer.

Vous commencez à voir la puissance et la portée des mots ?

#6 Nourrissez votre esprit et dites « bye bye » à la page blanche

Queen Elisabeth II bye bye waving goodbye au revoir

Non, cet article n’est pas une publicité pour un cours de yoga, mais vous allez vite comprendre ce que je veux dire par là.

Bien souvent, on ne trouve pas d’idée car on a déjà beaucoup de choses en tête.

Et avouons-le : ce ne sont pas souvent des choses agréables…

Est-ce qu’il faut que je fasse une lessive ?

Mon assurance santé a-t-elle bien reçu mon courrier ?

À quelle date est mon prochain rendez-vous chez le dentiste ?

…La charge mentale, ça vous dit quelque chose ?

Bref, trop de tracas, pas assez de positif.

Une des solutions efficaces pour se débarrasser de ce bruit de fond permanent qui obstrue votre créativité et crée ce syndrome de la page blanche : faites quelque chose qui vous plaît et qui vous stimule.

“Pardon ?”

Oui, vous avez bien lu.

Certes, vous avez une page de ventes, une newsletter, un article de blog ou encore un e-mail à rédiger.

Mais à quoi bon rester planté.e pendant 20 minutes devant un écran d’ordinateur dont le curseur clignote dans le vide, désespérément ? Ou face à une page de carnet d’une blancheur immaculée, à faire pâlir un vampire  ?

L’inspiration vient quand on s’y attend le moins !

Regardez un épisode de votre série préférée ou lisez un chapitre de votre livre de chevet.

Passez un coup de téléphone à l’un de vos proches ou allez boire un café en terrasse… 

En quoi cela va-t-il vous aider ?

C’est sûr que de prime abord, on ne voit pas forcément le lien entre Stranger Things et la rédaction d’une newsletter

Mais croyez-moi (et tous les experts le disent), votre cerveau sera plus à même de créer s’il a été stimulé par de bonnes ondes juste avant.

Il suffit parfois d’un rien, mais encore faut-il trouver…

…ce fameux déclic.

#7 Posez les questions auxquelles vous allez répondre

C’est-à-dire ?

Eh bien, c’est simple : votre message, quelle que soit sa forme, répond forcément à des questions.

Par exemple : Vous devez écrire une newsletter.

Très bien.

Quel est le but de votre newsletter ?

Réponse : souhaiter la bienvenue aux personnes qui viennent de télécharger le guide de votre client.e du moment.

Super. Ensuite, que souhaitez-vous leur présenter ?

Réponse : je veux leur présenter la solution de “coaching bien-être” vendue par la personne ayant fait appel à mes services.

Génial. Quels points allez-vous développer pour leur présenter ce programme de coaching ?

Et ainsi de suite…

Cette solution pour pallier le syndrome de la page blanche se base sur la liste des objectifs que vous vous êtes fixés. Et sur les messages que vous voulez absolument faire passer à votre lecteur.

Envoyer une newsletter de bienvenue n’est pas la même chose qu’envoyer une newsletter présentant une solution. Ni envoyer une newsletter relative à une conférence qui va bientôt avoir lieu.

Faites un focus sur votre mission du jour : qu’est-ce que je veux faire aujourd’hui ? Quel message je veux transmettre ?

Vous pouvez ensuite gérer les différents paramètres de votre message :

  • Est-ce que je veux faire de l’humour ?
  • Est-ce que je veux inciter à une action ? si oui, laquelle ?
  • Est-ce que je veux partager une information, ou au contraire vendre un produit / service ?

Plus vous définissez votre objectif de façon précise, plus vous pouvez alors appréhender la rédaction de votre message de façon sereine.

Et votre contenu n’en sera que plus qualitatif !

#8 Écrivez sur tout… et n’importe quoi !

L’écriture, ça s’apprend certes.

Mais surtout, ça se pratique.

Si vous avez l’habitude d’écrire, vous verrez bien qu’il est tout de même plus simple pour vous de vous lancer dans votre mission de copywriting. Et ce, quel qu’en soit le sujet. 

À l’inverse, si vous commencez seulement à vous lancer dans la rédaction, vous trouverez l’exercice peut-être difficile. Et c’est normal !

Écrire, c’est comme lancer une machine avec d’énormes engrenages (une locomotive à vapeur par exemple). Si la machine est en marche depuis quelque temps, les rouages vont bien fonctionner et le mécanisme fera son office tranquillement mais sûrement.

locomotive train difficulté cartoon

Mais si la machine n’a encore jamais fonctionné ou a été délaissée depuis bien longtemps, forcément la (re)mise en marche va s’avérer compliquée… Les rouages sont peut-être grippés, le moteur est peut-être plus lent…

Ce qu’il faut à votre machine c’est un peu d’huile pour se remettre en état de fonctionnement optimal.

Et cette huile dont je vous parle, ce n’est pas une huile moteur pour votre voiture, pas du tout. C’est l’écriture.

Écrivez sur tout et n’importe quoi, même si ça vous paraît farfelu, voire inutile.

Vous venez de voir un film au cinéma ? Écrivez sur ce film, sur son scénario, ou bien sur les acteur.rice.s.

Ou encore sur les émotions ressenties, sur ce qui vous a plu et déplu.

Aucune pression dans cet exercice, ces textes n’ont pas pour but d’être lus ou corrigés par quiconque.

Et encore moins d’être publiés.

L’objectif ici est de dégripper la machine et de vous mettre en état de marche, tout en douceur.

Avouez qu’il est bien plus simple d’écrire sur quelque chose qui vous est familier, que sur un sujet plus professionnel derrière lequel vous pouvez mettre beaucoup d’enjeux.

Mon conseil : commencez par un sujet archi simple. Et déroulez votre pensée comme bon vous semble…

Et surtout, remplacer l’ENJEU par le JEU : soyez ludique, amusez-vous !

Je sais que, personnellement, il y a des sujets sur lesquels je pourrais être intarissable, vous aussi non ?

Qu’il s’agisse de cinéma, de littérature, de voyage, de politique, de sport, de nouvelles technologies, de psychologie, de cuisine, de sujets de société, de poésie ou même de chanson…

Peu importe ce qui vous fait vibrer, ce sera forcément un excellent point de départ qui vous permettra non seulement de vous plonger dans le bain, mais aussi de vous prouver à vous-même que vous en êtes tout à fait capable.

#9 Trouvez ce qui déclenche ce syndrome de la page blanche

Ce conseil est surtout à destination des personnes qui souhaitent aller plus en profondeur identifier les raisons de leur blocage.

En effet, identifier la source d’un problème peut être le début de la résolution de ce problème.

Par exemple : aujourd’hui, je me sens un peu patraque.

Comment ça se fait ?

Hier soir, j’ai englouti un énorme pot de glace toute seule comme une grande.

Bon, je l’ai trouvé la cause de mon problème…

Conclusion : il faudrait songer à arrêter de manger autant de crème glacée le soir.

J’avoue, cet exemple était simpliste, mais vous comprenez l’idée.

Pour certaines personnes, le blocage vient d’une peur que vous connaissez peut-être bien : celle de ne pas être assez bon.ne, de ne pas être légitime. Cette peur fait écho au fameux syndrome de l’imposteur dont vous avez probablement déjà entendu parler.

Pour d’autres, c’est au contraire leur sens pointu du perfectionnisme qui les bloque. Évidemment, un premier jet ne peut pas être parfait en tous points, et cela peut créer du stress chez certain.e.s rédacteur.rice.s ou copywriters.

La fatigue peut aussi tout simplement être la raison de votre panne d’inspiration. Vous avez sûrement déjà tenté de vous atteler à une tâche alors que vous étiez dans un état d’épuisement intense ?

sleepy Tom cat fatigué épuisé exhausted tired

Pas simple n’est-ce pas ?

D’autant plus quand il s’agit de créativité et de concentration, si votre cerveau est à plat, les idées ne risquent pas de se bousculer au portillon…

Prenez le temps de recharger vos batteries et mettez-vous au travail lorsque vous êtes en bonne forme et dans un bon mood, ça vous aidera indéniablement !

Enfin, une dernière raison qui peut créer ce syndrome de la page blanche : la distraction.

Vous vous trouvez dans un bureau ou espace de coworking bruyant ?

Il y a des travaux dans votre rue ?

Quelqu’un a mis de la musique à un volume monstrueux juste à côté de vous ?

Les voisins ont décidé de faire une scène de ménage pile au moment où vous vous mettez à travailler ?

Les sources de distractions et de gêne sont nombreuses.

Certaines peuvent être supprimées, d’autres sont malheureusement indépendantes de votre volonté…

Trouvez le mode de travail qui vous convient, à VOUS.

Certaines personnes adorent travailler en musique ou à l’extérieur, d’autres ont plutôt besoin de silence et d’un espace cocooning.

En général, chacun sait ce qui lui convient.

Par exemple, de mon côté, je sais qu’il m’est impossible de lire un livre si la télévision est allumée, et ce peu importe que le programme m’intéresse ou non. 

Le temps que vous consacrez à la rédaction est un temps précieux. Vous méritez d’écrire dans les meilleures conditions possibles et de laisser derrière vous ce syndrome de la page blanche. 

Votre rédaction n’en sera que meilleure 😉

smile thumbs up Barney Stinson How I Met Your Mother

Vous avez aimé cet article sur nos 9 astuces pour surmonter le syndrome de la page blanche ? Commentez-le.

Et même : partagez-le sur les réseaux sociaux pour le diffuser plus largement et en faire profiter d’autres personnes !

Vous souhaitez en savoir plus sur RED de REDAC, organisme de formation qui vous accompagne pour devenir copywriter professionnel et vivre de votre super pouvoir : l’écriture.

À très vite pour d’autres contenus sur le copywriting !

Coraline

RED de REDAC



You may also like

Comment rédiger un texte persuasif grâce à l’empathie et à l’altruisme ?

Comment rédiger un texte persuasif grâce à l’empathie et à l’altruisme ?
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}